Image d'entête
Sans titre

Le partenaire social: un allié essentiel à votre développement financier !

Écrit par 23 janvier 2013

Billet de France Terreault, formatrice.

Avez-vous observé, depuis les dix dernières années, l’augmentation marquée des sollicitations des organismes à but non lucratif dans leurs recherches de nouveaux commanditaires? Selon vous, combien certaines grandes corporations reçoivent-elles de demandes de commandite par semaine? De 100 à 150! Savez-vous que plusieurs responsables de recherche de commandite s’engagent dans ces démarches sans vérifier l’admissibilité de leur projet, ni les sommes disponibles ni le rapport entre la clientèle de leur organisme et le public cible des entreprises sollicitées?

Le commanditaire traditionnel est un partenaire corporatif qui, en échange d’une visibilité précise sur supports médiatiques (journaux, affiches, site web, etc.), contribue financièrement à un événement-bénéfice, une exposition ou un projet culturel spécifique tel qu’une tournée de spectacle. Cet appui s’effectue sur une courte période, quelques heures à quelques jours, le temps que dure l’activité commanditée. L’entreprise cherche dans ce partenariat à faire connaître son image corporative (logo et branding). Ultimement, elle espère rejoindre de nouveaux consommateurs via les clientèles naturelles de l’organisation commanditée.

Le partenaire social (marketing social) investit dans une organisation sur une plus longue période : deux à cinq ans. Ses décideurs misent surtout sur la notoriété de l’organisation, l’historique de ses réalisations et sa régularité dans ses relations avec la communauté (stratégie de communication médiatique). L’objectif premier est de bâtir une campagne promotionnelle de concert avec la direction ou les représentants de l’organisme. Ultimement, l’entreprise veut démontrer son enracinement et sa sensibilité auprès de la communauté locale ou régionale.

Quelles sont les règles de base d’une bonne entente de marketing social? Votre organisme doit offrir à ses partenaires une visibilité personnalisée et participative, et ce, durant toute l’année. En voici quelques exemples. Un mot d’un représentant de l’entreprise figurera en continu sur la page d’accueil de votre site web. Vous ferez la promotion d’un concours à l’effigie de l’entreprise – tirage, prix de bénévolat, etc. – couronné par un petit événement public. Vous présenterez un extrait de votre spectacle aux employés de vos partenaires, à l’heure du lunch, sur les lieux de l’entreprise. Vous développerez un produit dérivé qui représente à la fois votre organisation et votre partenaire corporatif. Vous utiliserez les médias sociaux en y intégrant des liens et courts clips mettant en valeur vos alliés économiques.

Préparez dès maintenant un nouveau dossier de commandite axé sur le marketing social, avec une présentation visuelle impeccable. Prenez le temps de discuter avec vos anciens commanditaires pour prendre le pouls de ce qu’il recherche. Le plus important est de développer votre plus value : tout ce qui vous différencie des autres organisations culturelles et qui vous aidera à établir des ententes fructueuses – avec et pour tous les partenaires.

France Terreault, Consultante en collecte de fonds

France Terreault agira à titre de formatrice pour le Conseil de la culture le 23 février prochain dans le cadre d’un atelier sur la collecte de fonds pour un OBNL.  Pour plus de détails : http://perfectionnement.culture-quebec.qc.ca/formations/collecte-de-fonds-pour-les-obnl/