Image d'entête
IMG_8628 copie - Copie (525x800)_Pierre de Belleval

Travailleurs autonomes – 3 ASTUCES pour se bâtir un bon plan financier

Écrit par 6 décembre 2013

Billet de Pierre de Belleval, conseiller en sécurité financière et conférencier.

Comme bien des gens évoluant dans le monde artistique et culturel, vous exercez probablement votre profession en tant que travailleur autonome. Que vous soyez chanteur, danseur, comédien ou même technicien, vos revenus proviennent souvent de l’exécution de contrats, répétitifs ou non.

Que se passera-t-il si le prochain contrat tarde à venir? Vous désirez vous prémunir contre les risques financiers auxquels vous êtes exposé. Vous avez donc décidé de mettre en place un bon plan d’action.

Une seule règle est primordiale dans la réalisation de votre plan, c’est la continuité.

Épargner 10 % de toutes vos entrées de revenus

Il est donc primordial de construire rapidement un fonds d’urgence. Comment? Épargnez systématiquement 10 % de toutes vos entrées de revenus, et déposez-les dans un compte de placement sécuritaire. Cet argent ainsi épargné ne servira qu’à pallier un manque de revenus et non à changer la voiture ou à acheter un nouveau téléviseur. Vous devriez accumuler suffisamment d’argent dans ce compte pour acquitter 3 à 6 mois de vos dépenses mensuelles courantes. Si vous êtes travailleur autonome, je vous recommande de prévoir 6 mois de dépenses mensuelles. Vous pourrez ainsi vous assurer de respecter votre plan de match financier.

Contribuer à un REER

Premièrement, un des avantages du REER est de reporter dans le temps l’impôt à payer sur une partie de ses revenus, afin de profiter de la croissance du capital sur cet argent ainsi épargné. Il faut donc avoir devant soi du temps. Il est également intéressant de reporter l’impôt à payer, parce que souvent on paiera à la retraite un taux d’impôt plus faible que lorsqu’on est sur le marché du travail.

Épargner dans un CELI

Il existe d’autres solutions pour épargner, comme par exemple le compte d’épargne libre d’impôt (CELI), dont les retraits n’auront pas à être ajoutés à votre revenu. Dans certaines situations, le CELI serait à privilégier par rapport au REER, comme par exemple si vous êtes admissible au supplément de revenu garanti.

Se donner une liberté financière, en investissant de manière soutenue, vous procurera  l’autonomie dont vous avez besoin.

Pierre de Belleval
Conseiller en sécurité financière