Image d'entête
photo-stephanie Fissette

Comment rallier davantage de collaborateurs à notre projet : pour ne plus ramer tout seul…

Écrit par 7 mars 2018

 

Billet rédigé par Stéphanie Fissette, CRHA, M. Sc, B.A.A., formatrice de l’atelier “Fidéliser ses ressources humaines” offert le 18 avril prochain dans le cadre du Programme AGIR. Pour plus d’information et vous inscrire.

Lorsque l’on prend la barre d’un organisme (que ce soit à titre de président ou de directeur) on s’imagine entouré d’une belle équipe de collaborateurs tous mobilisés et dévoués. Pourtant, on se retrouve souvent bien seul et exténué. Alors comment renverser la vapeur et réussir à impliquer plus de monde dans nos projets? Voici quelques pistes pour vous guider dans votre réflexion.

Un capitaine inspirant

Vous voulez attirer des gens dynamiques et passionnés? Alors vous devez dégager cette énergie dans vos communications. Vous avez de la difficulté à maintenir la tête hors de l’eau et vous avez plutôt envie de faire un appel au secours? Résistez à cette tentation! Qui a envie de joindre un navire qui prend l’eau, volontairement en plus? Le recrutement c’est tout d’abord une démarche marketing. Il ne s’agit pas de présenter des fausses informations, mais plutôt de présenter votre organisme sur son plus beau jour!

Une destination stimulante                      

Ici, c’est l’histoire du fameux cercle vicieux. Faute de temps et surtout de collaborateurs, on omet de créer des projets novateurs. Sans projets stimulants, l’organisme perd ainsi sa capacité d’attraction.

Par où commencer alors?

  • Soyez à l’écoute des besoins réels du milieu et revisitez votre offre de services.
  • Proposez des projets porteurs à la communauté tout en étant transparent.
  • Indiquez que vous avez besoin d’aide pour concrétiser la vision et la mission de votre organisme.

Certains projets seront plus rassembleurs et attireront plus de gens. C’est un signe à ne pas négliger…

 Un équipage autonome et responsabilisé

Vous avez réuni un petit groupe de personne autour de l’un de vos projets? Vous devez rapidement mettre en place un climat de responsabilisation collective.  Ce projet n’est pas le votre, c’est maintenant le projet des gens présents autour de la table et vous devez leur faire confiance (c’est difficile, mais impératif). Pour le leader, il s’agit principalement d’un changement de posture mentale, car bien souvent celui-ci se sent « personnellement » responsable du projet.

Pour mobiliser un collaborateur, celui-ci doit pouvoir « s’approprier » le projet, il doit sentir que le projet lui appartient et que sa contribution est essentielle au succès de celui-ci. Bien des gestionnaires conservent inconsciemment le poids du projet sur leurs épaules, malheureusement ce faisant ils empêchent aussi l’appropriation et la prise en charge par les membres de l’équipe.

Garder le cap

Évidemment un projet nécessite une quantité importante de travail et de tâches à effectuer. Respirez… Les gens présents ne sont pas là pour vous conseiller et vous orienter, mais pour prendre part à l’action. Résistez à la tentation de prendre une part trop importante du travail à effectuer pour montrer le bon exemple.

Idéalement, vous devriez vous concentrer sur votre rôle de catalyseur et de coordonnateur. Faire circuler l’information,  stimuler le groupe et donner de la reconnaissance à vos collaborateurs. Votre rôle est donc d’attiser la flamme. En vous dégageant du côté des tâches, vous serez plus à l’écoute des émotions, des tensions et des petites frustrations. Vous pourrez ainsi réagir rapidement pour conserver un climat mobilisateur.

« Si tu veux construire un bateau,
ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres,
pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose…
Si tu veux construire un bateau,
fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes le désir de la mer.»
Saint-Exupéry

______

Stéphanie Fissette possède un baccalauréat en gestion des affaires, concentration tourisme, à l’UQAM et une maîtrise en gestion des personnes en milieu de travail à l’UQAR où elle étudie plus spécifiquement les enjeux de la conciliation travail-famille chez les cadres.

Ses thèmes de prédilection portent principalement sur les bonnes pratiques RH, l’innovation, la gestion du changement et la fidélisation des employés.