Image d'entête

Décès de Madame Élise Paré-Tousignant : une lettre hommage pour souligner l’ampleur de son apport à la musique

Écrit par 13 août 2018

Le Conseil de la culture apprenait récemment et avec tristesse le décès de Mme Élise Paré-Tousignant. Les musiciens, les organismes musicaux et tous ceux qui aiment la musique et la culture viennent de perdre l’une des principales artisanes de l’épanouissement des activités musicales dans notre région.

Mme Paré-Tousignant a été administratrice du Conseil de la culture à titre de déléguée de la région de Portneuf pendant quelques années.

En 2005, le président de la table musique avait fait parvenir au nom du Conseil de la culture une lettre d’appui à la nomination de Mme Tousignant à l’Ordre national du Québec, présentant tout ce que Mme Tousignant avait apporté à la musique dans notre région. Le Conseil de la culture rend publique cette lettre, en hommage à cette grande dame et en remerciement pour tout ce que nous lui devons.

Québec, le 14 novembre 2005

Lettre d’appui à la candidature de Mme Élise Paré-Tousignant à l’Ordre national du Québec

L’Ordre national du Québec est décerné à des personnalités ayant contribué de façon exceptionnelle et exemplaire à l’évolution de la société québécoise, à son progrès et son rayonnement. Élise Paré-Tousignant est sans nul doute l’une de celles-là. En le reconnaissant cette année, le jury chargé d’attribuer l’Ordre national du Québec couronnerait une carrière et une contribution à notre société remarquables à plus d’un titre.

Élise Paré-Tousignant a consacré l’essentiel de sa vie professionnelle à la musique – à son enseignement d’abord, mais également à sa production et à sa diffusion.

En tant qu’enseignante, Élise Paré-Tousignant a formé des générations de musiciens, dans le secteur privé comme dans le secteur public, au secondaire comme à l’université.

La carrière d’enseignante d’Élise Paré-Tousignant est impressionnante. Véritable pionnière, Élise Paré-Tousignant a accumulé les premières tout au long de sa carrière, ouvrant la voie de l’enseignement de la musique à des milliers de Québécoises : Élise Paré-Tousignant a ainsi été l’une des premières spécialistes en musique au secondaire engagée par une commission scolaire. À l’Université Laval, elle a été l’une des conceptrices du programme d’arts rythmiques, puis du programme de formation des maîtres offert dans le cadre du baccalauréat en éducation musicale. Après avoir été l’une des deux premières femmes nommées vice-doyen, elle est devenue la première femme vice-recteur – toujours à l’Université Laval.

En fait, pendant trois décennies, Élise Paré-Tousignant a profondément marqué un nombre considérable d’élèves en musique : la plupart des étudiants en baccalauréat ont bénéficié de ses cours de formation auditive, qui constituaient l’une des bases du programme de premier cycle. Élise Paré-Tousignant a d’ailleurs toujours voulu garder une charge d’enseignement à l’Université Laval, même lorsqu’elle assumait les plus lourdes responsabilités sur le plan administratif. Elle maintenait ainsi un contact direct avec les étudiants en musique – un contact essentiel à sa vision du rôle qu’elle pensait devoir assumer, et au ressourcement permanent qu’elle considérait comme prioritaire.

Élise Paré-Tousignant est donc d’abord et avant tout une enseignante de la musique, mais elle est beaucoup plus que cela.

Avec une générosité et une efficacité inhérentes à sa personnalité, Élise Paré-Tousignant n’a cessé de s’impliquer dans la production et la diffusion de la musique, au travers d’une multitude d’organismes et d’organisations qu’elle a appuyé de son talent et de son énergie.

On peut citer pêle-mêle les responsabilités qu’elles a acceptées au sein des conseils d’administration des Violons du Roy et de l’Orchestre symphonique de Québec, à la direction artistique du Domaine Forget – après la disparition du regretté Françoys Bernier ‑, ou en appui à la Fondation Claude-Lavoie et à la Fondation du Trident. Elle n’a pas hésité non plus à défendre la musique et les musiciens en tant que membre du Conseil des Arts du Canada, du Conseil canadien de la musique, de la Commission des États généraux sur l’éducation et du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Cas pratiquement unique sur la scène musicale québécoise, Élise Paré-Tousignant a ainsi mis l’autorité et le respect qu’elle suscitait en tant qu’enseignante au service de la production et de la diffusion de la musique, sachant très bien qu’elle travaillait ainsi à offrir des débouchés et un public à ceux qu’elle avait formés. Une telle cohérence dans l’implication en faveur d’une discipline artistique est tout à fait exceptionnelle.

Élise Paré-Tousignant est officiellement à la retraite, mais elle est plus que jamais présente sur la scène musicale et culturelle de la région de Québec. Elle préside la nouvelle société du Palais Montcalm, et contribue ainsi à la mise sur pied de la future Maison de la musique – une étape cruciale et un tournant probablement majeur dans la diffusion de la musique dans la capitale du Québec. Elle siège par ailleurs au conseil d’administration du Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches, en tant que représentante de la région de Portneuf, faisant profiter le conseil de son expérience, de son jugement et de sa connaissance inestimable du milieu musical.

En tant que président de la table musique du conseil, j’ai depuis de longues années eu la chance de côtoyer Élise Paré-Tousignant, d’admirer tout ce qu’elle représente pour le milieu musical et de bénéficier de son extraordinaire énergie. Élise Paré-Tousignant est l’une de ses personnes inspirantes grâce auxquelles le Québec d’aujourd’hui fait l’admiration de beaucoup de pays au monde, par la réussite de ses artistes et le dynamisme de sa culture. L’Ordre national du Québec pourrait le souligner avec éclat.

Le président de la table musique et vice-président du Conseil de la culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches
Jean-Pierre Pellegrin