Image d'entête

Le milieu culturel lançait cette semaine la campagne La culture, le cœur du Québec – Pour des carrières durables

Écrit par 21 février 2017

Ignorés lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre présidé par le premier ministre Philippe Couillard, plus de 50 associations et regroupements du secteur culturel, parmi lesquels le Conseil de la culture, interpellaient la semaine dernière le gouvernement sur l’importance de prendre en compte la réalité des quelque 150 000 artisans, artistes, enseignants et travailleurs culturels qui contribuent significativement à la société québécoise et à son rayonnement. À cette occasion, ils lançaient la campagne La culture, le cœur du Québec – Pour des carrières durables, qui a pour objet d’encourager le gouvernement à adapter ses politiques et ses interventions aux travailleurs atypiques, dont ceux du secteur culturel, qui représentent aujourd’hui près de 40 % de la main-d’œuvre au Québec. De plus, ils déploraient collectivement  que le gouvernement ne fasse aucune place au secteur culturel dans le cadre du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre.

Comme les discussions du Rendez-vous sur la main-d’œuvre entouraient notamment le thème des emplois du futur, les porte-paroles ont fait valoir que le secteur de la culture aurait dû avoir une voix et ainsi être en mesure partager son expérience, notamment sur le virage numérique auquel le milieu est confronté depuis plusieurs années. Les associations et regroupements ont également fait valoir que la réalité du monde du travail dans le secteur culturel est très représentative de celle de près de 40% de la main-d’œuvre québécoise, soit celle des travailleurs et travailleuses atypiques qui cumulent les emplois, les mandats à la pièce, les contrats ponctuels et qui jonglent avec plusieurs employeurs. Ils déploraient que cette réalité soit complètement occultée des discussions lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre et soutenaient que l’exclusion du secteur culturel des discussions au Rendez-vous ne permettait pas d’identifier les bonnes pistes de solutions.

Les 50 associations et regroupements interpellaient ainsi le gouvernement sur deux recommandations essentielles pour la vitalité et la viabilité des emplois :

  • Intégrer un volet ressources humaines dans la future Politique culturelle pour décrire les réalités du secteur et intégrer des solutions qui répondent aux spécificités du secteur en matière d’embauche, de perfectionnement tout au long de la vie et de degré de polyvalence, de transition professionnelle ;
  • Mettre en place un Plan d’action gouvernemental piloté par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec afin d’avoir une vision concertée entre les différents ministères et organismes concernés par les enjeux de la main-d’œuvre du secteur de la culture.

Consulter la liste des signataires et la page Facebook de la campagne.

Source : Communiqué de presse « La culture, le cœur du Québec : pour des carrières durables »