Image d'entête
Crédit photo: Hélène Bouffard

L’entrepreneuriat au théâtre

Écrit par 27 novembre 2018

Billet de la formatrice Marie-Hélène Lalande, pour le perfectionnement intitulé «L’entrepreneuriat au théâtre», qui se déroulera les 10 et 11 décembre 2018. Pour plus de détails

Le point de départ

Je suis une artiste.  Une comédienne.

J’ai besoin de dire, de créer, d’exprimer, d’imaginer, de questionner, de rêver.

Mais les tribunes pour le faire sont rares.  À moins de les faire émerger soi-même.

Dès ma sortie de l’école de théâtre, je me suis rapidement heurtée à un milieu restreint où nous sommes très nombreux à vouloir nous tailler un espace. Choisir ce métier, et même choisir de m’établir à Québec, c’était choisir aussi de créer mes propres projets pour m’offrir la possibilité de jouer, de rencontrer le public et de m’inscrire dans mon milieu artistique.

Or, le désir de produire ses propres spectacles est indissociable d’une réalité qui peut sembler hostile,  surtout pour un artiste qui n’a jamais été outillé pour y faire face : démarrer sa compagnie de théâtre, ou gérer toutes les étapes de production d’un spectacle, c’est devenir un entrepreneur. Et lorsqu’on ne connait rien aux chiffres, ni à l’administration, ni aux demandes de subvention, ni aux obligations d’un organisme, il y a de quoi paniquer.

La formation ici proposée vise justement à enrayer cette sensation de stress devant l’inconnu en offrant au participant quelques outils concrets pour se retrouver dans les étapes qui le feront passer d’artiste à gestionnaire culturel.

Les qualités naturelles de l’artiste

L’artiste entrepreneur doit utiliser ses qualités disciplinaires pour mener à bien ses projets artistiques : la rigueur l’amènera à structurer son travail administratif, la curiosité peut être investie dans la cueillette d’informations précieuses qui l’aideront à voir plus clair dans la planification de ses activités, et l’audace lui permettra de poser toutes les questions qu’il faut aux différentes organisations dont il relève et aux ressources à sa disposition.

Développer de nouvelles compétences

Devenir producteur théâtral, c’est aussi être confronté à de nouvelles réalités dont la rédaction de demandes de subventions, essentielles au succès financier d’un projet artistique.  Écrire pour un jury de pairs ou pour des administrateurs des Conseils des arts requiert de bien connaître les exigences d’évaluation pour cibler les bons axes de rédaction et adapter son écriture en fonction de ce lectorat particulier.  Encore faut-il repérer tous ces éléments avant de commencer à rédiger…

D’autre part, l’artiste entrepreneur doit obligatoirement comprendre comment préparer un budget de production en déterminant chacun des postes, comment calculer et détailler les montants à inscrire, et comment administrer ce budget au fil des étapes de développement du spectacle et des ajustements constants des prévisions budgétaires.  Un bon bloc de travail sera consacré à cet aspect au cours de la formation, et un modèle de budget de production explicite et éprouvé sera fourni aux participants.

Bien connaître son milieu

Pour être à l’aise dans ses nouvelles fonctions entrepreneuriales, il faut oser revoir son milieu autrement, avec les yeux d’un producteur.  Les instances gouvernementales, les différents paliers de subventions, les donateurs privés, les associations d’artistes mais aussi de producteurs, le conseil d’administration, les diffuseurs, les organismes de soutien au milieu culturel, sont autant de relations nouvelles à développer.  Plus on s’engage dans ce milieu foisonnant, plus on bâtit des relations de travail durables en s’entourant de ressources qui nous aideront à devenir plus outillés et plus efficaces dans chacune de nos productions.

Être conscient de ses obligations en tant qu’organisme et employeur

Choisir de démarrer son entreprise implique qu’on respecte un ensemble d’obligations et de lois, faute de quoi on pourrait devoir répondre devant la justice.  La formation aidera les participants à repérer les plus importantes et à s’assurer de respecter les exigences gouvernementales en tant qu’organisme, mais aussi comme producteur artistique, qu’il s’agisse de la production des déclarations de revenus, de l’inscription à la CNESST ou de la notion du droit d’auteur.

________

Marie-Hélène Lalande, comédienne, entrepreneure et enseignante