L  A  U  R  É  A  T  S  –  19 e   É D I T I O N


Le Prix Ville de Québec vise à souligner le dynamisme, la qualité et l'originalité du travail d'un organisme ou d'un regroupement artistique culturel professionnel qui œuvre à Québec et dont la saison 2005-2006 a été déterminante. 

 

Décerné par:

la Ville de Québec

Bourse:

5 000 $
 
Étaient en nomination:

Premier acte

Théâtre Petit Champlain

 

 

 

Manifestation internationale d’art de Québec

La Manifestation internationale d’art de Québec est une biennale qui a pour mandat de promouvoir l’art de recherche et l’expérimentation par la diffusion des grands courants en art actuel. La troisième présentation de cet événement s’articulait autour du thème Cynismes? La progression de son rayonnement à Québec et à l’étranger, l’étendue de son réseau de collaborateurs, la diversité de ses partenariats avec l’ensemble du milieu culturel, sa programmation variée facilement accessible à tous les publics ont fait de cette présentation un événement rassembleur.
 


Créé en 1979, le Prix de L'Institut Canadien de Québec est attribué annuellement à une personnalité qui, dans la région de Québec et depuis au moins dix ans, œuvre de façon exceptionnelle dans le secteur des arts et des lettres, que ce soit par la création artistique ou par la promotion de la culture.

 

Décerné par:

L'Institut Canadien de Québec

Bourse:

1000 $
Le prix a été décerné sans mises en candidature

 

 

Marie Gignac, comédienne

Marie Gignac est née à Québec et y habite toujours. Après des études de lettres à l'Université Laval, elle reçoit sa formation de comédienne au Conservatoire d'art dramatique de Québec. Elle commence sa carrière comme pigiste en travaillant pour la plupart des compagnies de théâtre de la capitale : le Trident, le Théâtre du Bois de Coulonges, le Théâtre de la Bordée, le Théâtre du Vieux-Québec, le Théâtre de la Commune. Puis, c'est la rencontre avec Robert Lepage avec qui elle conçoit, écrit et joue La Trilogie des Dragons et Les Plaques Tectoniques, spectacles avec lesquels elle effectue plusieurs tournées internationales au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Australie et en Europe. Elle mérite le prix d'interprétation féminine du Festival de théâtre des Amériques, édition 1987, pour son rôle de Françoise dans La Trilogie des Dragons, ainsi que le prix Jean-Doat 1988, récompensant le travail d'un comédien pratiquant son métier depuis moins de cinq ans. Elle joint les rangs du Théâtre Repère, dont elle devient co-directrice artistique en 1991. Cette même année, elle joue le rôle principal dans l'adaptation cinématographique des Plaques Tectoniques, réalisée par Peter Mettler.

En 1993, elle quitte le Théâtre Repère pour participer à la naissance du Projet Ex Machina, compagnie artistique multidisciplinaire dirigée par Robert Lepage. Elle travaille à l'élaboration de plusieurs projets, comme auteure et comédienne, dont le spectacle Les Sept Branches de la Rivière Ota, en tournée mondiale de 1994 à 1998. Elle y joue le rôle de Patricia Hébert, pour lequel elle sera mise en nomination pour le Prix Janine-Angers et qu'elle reprendra au cinéma dans réalisé par Robert Lepage. Elle interprète aussi Françoise dans le film Le Confessionnal de Robert Lepage, rôle pour lequel elle reçoit une nomination aux prix Génies en 1996.

Toujours très active dans le milieu théâtral québécois, elle a été un des membres-fondateurs du Théâtre Périscope, puis vice-présidente du Carrefour international de théâtre de Québec, dont elle assume la co-direction artistique depuis l’automne 1996. De 1997 à 2001, elle siège au conseil d’administration et au comité exécutif du Conseil des arts et des lettres du Québec.

Elle signe sa première mise en scène professionnelle au théâtre de La Bordée à l’automne 99 où elle monte trois courtes pièces de Luigi Pirandello réunies sous le titre de Comédies siciliennes. À l’hiver 2002, elle met en scène L’officier de la garde de Ferenc Molnar, au Trident. À l’hiver 2005, elle met en scène Six personnages en quête d’auteur de Pirandello au Trident, L’effet Médée de Suzie Bastien créé par le Théâtre Blanc au Périscope et à l’automne 2005 Leçon d’anatomie de Larry Tremblay au théâtre de La Bordée. Elle collabore également régulièrement aux spectacles d’Ex Machina et aux films de Robert Lepage, dont la collaboration à l’écriture du Projet Andersen de Robert Lepage présenté en première mondiale au Trident.

Parmi les pièces qu'elle a jouées dernièrement, mentionnons : au théâtre de la Bordée, L’Hôtel des Horizons, de Reynald Robinson, où son rôle de Noëlline lui vaut une nomination pour le meilleur rôle féminin au gala des Masques 2001, La Déposition, d’Hélène Pedneault, le rôle de Léna Fulvi lui méritant une nomination pour le Prix Paul-Hébert en 2002, Le roi se meurt , Without men ! au théâtre de La Bordée et dans Les trois sœurs de Tchekhov sous la direction de Wajdi Mouawad, spectacle qui a tourné en France à l'automne 2003 et qui a été repris en tournée québécoise puis au Théâtre du Nouveau Monde au printemps 2005.
  



Prix François-Samson

Ce prix a pour objectif d'honorer une personne dont l'initiative récente a eu un impact significatif sur le développement culturel d'un organisme, d'une discipline ou d'une région (Québec et Chaudière-Appalaches).

 

Décerné par:

le Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches

Bourse:

Le prix est accompagné d’une bourse de 2 000 $ offerte par l’Université Laval
 
Étaient en nomination:

André Lambert, directeur d’Ovascène, salle de spectacles professionnelle de
Sainte-Marie

Karine Ledoyen, chorégraphe et interprète

 

 

 

Hélène Leclerc

Directrice générale du Domaine Joly-De Lotbinière, Hélène Leclerc entretient une véritable histoire d’amour avec ce joyau du patrimoine bâti de la région de Chaudière-Appalaches. Directrice du Domaine Joly depuis 1984, elle a réussi à plusieurs occasions à protéger ce site patrimonial maintes fois menacé et à lui procurer une reconnaissance remarquable tant sur le plan régional que national. Portant ce projet à bout de bras, cette femme persévérante a su relever avec brio le défi posé par la restauration et la mise en valeur de ce site patrimonial. Sous son égide, des investissements importants ont conduit, en 2004-2005, à la réalisation de travaux majeurs de restauration du lieu, de même qu’au renouvellement de l’exposition permanente qui y est présentée. Ses efforts ont permis au Domaine d’être déclaré lieu historique national du Canada en 2003. Tout récemment, le Domaine Joly-De Lotbinière et sa firme d’architectes ont remporté le prestigieux prix du jury dans le cadre des Prix d’excellence en architecture de l’Ordre des architectes du Québec. Cette passionnée du patrimoine a su positionner le Domaine Joly-De Lotbinière comme une destination culturelle et patrimoniale reconnue, lui procurant un impact indéniable sur le développement culturel de Lotbinière et de la région.
 


Ce prix du Conseil de la culture vise à honorer une personne dont les récentes réalisations dans les domaines artistique et culturel ont eu une percée sur le plan international.

 

Décerné par:

le Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches

Bourse:

Le Prix est accompagné d’une bourse de 3 000 $
 
Étaient en nomination:

Jeremy Peter Allen, cinéaste

Karine Germain, coordonnatrice de La Biennale internationale du lin de Portneuf

  

 

Claire Simard

Directrice du Musée de la civilisation depuis 2001, Claire Simard s’est fait un point d’honneur de faire du musée qu’elle dirige une institution incontournable dans le circuit international des expositions à caractère historique et social. Sous son impulsion, le Musée a connu, au cours de la dernière année, des résultats spectaculaires à cet égard et est devenu un leader dans la communauté muséologique mondiale. Au nombre de ses réalisations, on peut certainement souligner le succès remarquable de fréquentation que rencontre l’exposition itinérante Gratia Dei, les Chemins du Moyen Âge, présentée en tournée internationale, notamment aux États-Unis, en Allemagne, en Belgique et bientôt en France. Sous la direction de Claire Simard, cette exposition a mis à contribution cinq prestigieux musées européens qui ont développé un concept synthétisant 500 ans d’histoire médiévale. L’offensive sur le front international initiée par cette visionnaire s’est également traduite par l’accueil de très nombreuses délégations étrangères qui reconnaissent ainsi au Musée un caractère novateur et d’excellence. Par sa vision et son esprit d’initiative, elle a contribué à donner au Musée de la civilisation un rayonnement international à multiples facettes et à en faire une institution phare à l’étranger.
 


Le Prix SODEC de l’entreprise culturelle souligne l’excellence et le dynamisme économique des entreprises culturelles des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

 

Décerné par:

la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC)

Bourse:

3000 $
 
Étaient en nomination:

Plein Art Québec

Esthésio art contemporain

 

 

Théâtre Petit Champlain

Lieu incontournable de la diffusion de la chanson francophone, le Théâtre Petit Champlain affirme résolument sa mission en regard de la chanson, établissant du même coup son créneau auprès du public de la grande région de Québec. C’est dans cette perspective qu’il fait une large place à la relève et que sa scène voit défiler les Vincent Vallières, Charles Dubé, Alexandre Belliard et autres jeunes talents d’ici.

Le jury a fortement apprécié sa mise en marché efficace et ses partenariats avec avec une salle de spectacles directement de l'autre côté du fleuve et avec des événements de partout au Québec, qu’il s’agisse de Coup de cœur francophone, du Festival de la chanson de Tadoussac ou celui de Granby.
  


Cette distinction vise à souligner l'appui particulièrement significatif d'une entreprise de la grande région de Québec à un organisme ou à un événement culturel. La remise de ce prix témoigne de la volonté de la Chambre de contribuer au développement et à l’essor de l’industrie culturelle de la Capitale et d’encourager ses membres à soutenir le travail des artistes et artisans d’ici.

 

Décerné par:

la Chambre de commerce de Québec
 
Étaient aussi
en nomination:

La Caisse d’économie solidaire Desjardins

La Fédération des Caisses Desjardins du Québec

   

 

La Maison Simons

En 1840, John Simons débarquait à Québec en provenance d'Écosse avec, dans ses bagages, une sélection de produits textiles. Il allait dès lors révolutionner le commerce au détail au Québec en offrant à ses clients un service exceptionnel et une garantie unique de satisfaction.

Plus de 160 ans plus tard, les magasins Simons demeurent fort courus et appréciés d'une clientèle fidèle qui n'en cesse pas moins de se renouveler. Il y a encore quelques années à peine, cette maison renommée n'était que l'apanage de Québec. On venait expressément de Montréal pour y magasiner. Simons compte maintenant quelques succursales à l’extérieur de Québec, entre autres à Laval et Montréal.

En octobre 2004, son président, M. Peter D. Simons, faisait don de la Fontaine Tourny à la population de Québec, une fontaine qui sera installée en 2007, en vue du 400e anniversaire de Québec.

« Ce don, offert au nom de ma famille et de mes ancêtres, symbolise notre loyauté envers une ville qui nous a accueillis il y a 164 ans, a expliqué M. Simons. Il représente aussi un hommage aux dizaines de milliers de personnes exceptionnelles qui ont mis leur cœur dans l’entreprise depuis le début et celles qui poursuivent encore aujourd’hui ce même objectif. Depuis 1840, la Maison Simons est fière de partager son histoire avec les citoyens de la ville de Québec et d’offrir la Fontaine de Tourny en hommage à leur fidélité. »

Cette générosité s’est aussi traduite depuis plusieurs années par un soutien à plusieurs organismes culturels, dont l’Opéra de Québec, en soutenant la production de plusieurs opéras mais aussi, dans un cadre débordant sa commandite, elle a réalisé des vitrines avec les costumes de la production commanditée en plus de faire réaliser des banderoles promotionnelles et des feuillets joints à leurs envois postaux.
   


Le Prix Videre Événement est remis à un ou une artiste dont l’exposition récente s’est démarquée de l’ensemble de la programmation artistique 2004-2005 dans la région de Québec.

 

Décerné par:

Manifestation internationale d'art de Québec
 

Bourse:

500 $ remis par La Caisse d'économie solidaire Desjardins et la Faculté d'aménagement, d'architecture et des arts visuels de l'Université Laval
 
Étaient en nomination:

Jean-François Côté pour son exposition Personnes présentée du 25 au 17 avril 2005 à la galerie Le 36.

Paryse Martin pour son exposition Sauvage et cultivée présentée du 22 avril au 15 mai 2005 à la galerie Esthésio art contemporain.

 

 

Ivan Binet

Artiste établi, Ivan Binet est actif en photographie depuis 1992. Il a exposé ses œuvres au Québec et à l’étranger, notamment en France, en Colombie et au Mexique, dans le cadre de l’événement Latinos del Norte. Ivan Binet a réalisé plusieurs œuvres d’intégration des arts à l’architecture en différents édifices publics de la région de Québec.

Ivan Binet remporte ce prix pour son exposition Dessous zéro, présentée du 18 février au 20 mars 2005 à la galerie Esthésio art contemporain.


Le Prix Videre Relève récompense un ou une artiste de la relève dont l’exposition récente s’est démarquée de l’ensemble de la programmation artistique 2004-2005 dans la région de Québec. Le Prix Relève remplace cette année le Prix Reconnaissance.

 

Décerné par:

Manifestation internationale d'art de Québec
 

Bourse:

500 $ remis par La Caisse d’économie solidaire Desjardins et la Faculté d'aménagement, d'architecture et des arts visuels de l'Université Laval
 
Étaient en nomination:

Josée Landry-Sirois pour son installation présentée en novembre 2004 dans le cadre de l’événement indépendant Massacre à la scie

Nathalie Thibault pour son exposition Peintures présentée du 7 au 24 octobre 2004 à Rouje arts et événements

 

 

Dgino Cantin

Dgino Cantin pratique l’installation, la sculpture et la performance. Il complétait récemment une maîtrise en arts visuels et a présenté ses œuvres à la Galerie d’art de Matane, chez Langage Plus (Alma) et à la galerie des arts visuels (Québec). Il participait à la dernière édition de la biennale en art actuel Manif d’art 3.

Dgino Cantin remporte ce prix pour son exposition La suite des choses, présentée du 2 au 12 septembre 2004 à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval.


Le Prix de la Fondation de l’Opéra de Québec récompense une chanteuse, un chanteur ou un ensemble qui s’est distingué(e) au cours de la dernière saison artistique. Il peut également être attribué à une personne qui, par son dévouement exemplaire ou l’excellence de son travail, a contribué de façon tangible au rayonnement de l’art lyrique dans la région de Québec.

 

Décerné par:

la Fondation de l'Opéra de Québec

Bourse:

1 000 $

 

 

Hélène Guilmette, soprano

Native de Montmagny, la soprano Hélène Guilmette est diplômée de l’Université Laval et poursuit sa formation vocale avec Marlena Mala à New York. Depuis qu’elle a remporté le 2e prix du prestigieux Concours International Reine Élisabeth de Belgique en mai 2004, sa carrière est en pleine lancée. Déjà elle s’est fait entendre avec toutes les formations importantes du Québec et elle est l’invitée de nombreuses maisons d’opéra et d'orchestres d’importance en Europe. Elle chantera également aux côtés de José Van Dam pour un récital en janvier prochain. Hélène Guilmette vient de lancer un enregistrement de mélodies françaises et québécoises (Poulenc, Hahn et Daunais) sous étiquette Amboisie avec la pianiste française Delphine Bardin. Sous peu, elle tiendra le rôle de Nadia (La Veuve Joyeuse de Lehàr) à l’Opéra Comique de Paris, Servilia (La Clemenza di Tito de Mozart) à l’Opéra de Montréal, Sophie (Werther de Massenet) à l’Opéra de Lille et l’an prochain fera ses débuts à la Monnaie de Bruxelles dans La Flûte enchantée de Mozart (Pamina) ainsi qu’à l’Opéra de Paris dans Ariane et Barbe-Bleue de Dukas (Mélisande). Enfin, mentionnons qu’Hélène Guilmette a reçu le soutien du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec et de la Fondation Jacqueline Desmarais.

Le prix a été décerné sans mises en candidature
 


Le Prix de La Fondation de l’Orchestre symphonique de Québec est attribué pour l’excellence de la contribution apportée au développement de la musique classique dans la grande région de Québec.

Pour la 19e édition des Prix d'excellence des arts et de la culture, la Fondation de l’OSQ désirait rendre hommage à une personnalité aux multiples facettes qui a fait sa marque dans le monde musical, universitaire et pédagogique. La valeur exceptionnelle de son engagement dans le domaine des arts et de la culture ainsi que ses réalisations professionnelles dans le secteur artistique en font une personnalité qui a marqué de façon déterminante le monde musical dans la grande région de Québec.

 

Décerné par:

La Fondation de l'Orchestre symphonique de Québec

Bourse:

1 000 $
 

 

 

Elise Paré-Tousignant

Elise Paré-Tousignant a fait une carrière de professeur principalement à l’École de musique de l’Université Laval. Au sein de l’Université, elle a occupé les fonctions de : doyenne de la Faculté des Arts, vice-recteure aux ressources humaines et présidente de la Commission des affaires étudiantes.

Elle a fait partie de nombreux conseils, commissions, associations et a participé notamment aux travaux du Conseil des Arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec et aux États généraux sur l’éducation. Elle a assumé la fonction de directrice artistique du Domaine Forget, de janvier 1993 à septembre 2001.

Depuis sa retraite en 1997, Elise Paré-Tousignant vit à Deschambault où elle continue à être active dans le domaine culturel : elle est présidente du conseil d’administration de la Société du Palais Montcalm à Québec et membre du conseil d’administration de l’Association du patrimoine de Deschambault. Elle vient de terminer un mandat de quatre ans à la présidence du Conseil québécois de la musique.

Elise Paré-Tousignant a reçu quatre distinctions marquantes : en 1990, elle a été choisie par un jury pour avoir marqué de façon déterminante le monde des arts dans la région de Québec. En 1998, l’Association des diplômés de l’Université Laval lui a décerné la Gloire de l’Escolle. En novembre 2001, la Conférence canadienne des arts lui a décerné le Prix Keith Kelly et, au printemps 2003, le gouvernement de France lui octroyait le grade de chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

Le prix était décerné sans mises en candidature.
 


Le Prix Janine-Angers vient saluer la performance exceptionnelle d'une interprète ou d'un interprète dans un rôle de soutien. Créé en 1986, le prix fut rebaptisé en 1988 à la mémoire de la première récipiendaire du prix.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Dominique Marier pour ses multiples rôles dans Le Discours de la méthode

Denise Verville pour son rôle de Elvire dans Le Cid

 

 

Ansie St-Martin

Le Prix Janine-Angers, saluant la performance exceptionnelle d'une ou d'un interprète dans un rôle de soutien, récompense cette année le talent d’Ansie St-Martin pour son interprétation enjouée et irrésistible de Josette dans la comédie cinglante Le Père Noël est une ordure. Depuis sa sortie du conservatoire d'art dramatique de Québec en 1998, Ansie St-Martin a côtoyé plusieurs metteurs en scène, dont Frédéric Dubois qui l’a dirigée dans Vie et mort du Roi boiteux, Ubu Roi et plus récemment dans la production En pièces détachées. Dès le 1er décembre, il sera possible d’applaudir à nouveau Ansie St-Martin, qui reprend le rôle de l’étourdie, mais non moins touchante, Josette sur la scène du Petit Champlain.
  


Le Prix Jacques-Pelletier est décerné à un ou une scénographe, dont l'environnement théâtral est jugé exceptionnel. Ce prix a été créé en 1981 à la mémoire d’un des pionniers de la scénographie au Québec.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Claudia Gendreau et Julie Morel pour la conception des marionnettes du spectacle Le Discours de la méthode

Virginie Leclerc pour la scénographie de la pièce Révélation

 

 

Jean Hazel

Le Prix Jacques-Pelletier, décerné à un scénographe dont l’environnement théâtral est jugé exceptionnel, récompense pour une quatrième reprise le concepteur Jean Hazel pour la qualité de son travail dans la production Le Langue-à-langue des chiens de roche. Son audace, sa curiosité, et sa capacité de métamorphoser un texte par des images symboliques intenses, font de Jean Hazel l’un des scénographes les plus appréciés au Québec. Issu du domaine des arts visuels et diplômé du Conservatoire d’art dramatique de Québec en scénographie en 1985, il a contribué à la conception de décors, d'éclairages ou de costumes de près d’une centaine de productions, dont Sainte Jeanne, Festen- Fête de famille , Le Roi se meurt et Marie Tudor. Son talent et la qualité de son travail lui ont valu de nombreuses récompenses tel que le Masque de la meilleure scénographie pour À toi, pour toujours, ta Marie-Lou, de Michel Tremblay. Depuis juin 2003, Jean Hazel occupe le poste de directeur artistique au Théâtre Blanc.
  


Le Prix Nicky-Roy souligne un jeune talent particulièrement prometteur. Ce prix, créé en 1981 à la mémoire d’une jeune comédienne décédée accidentellement, est remis à une comédienne ou un comédien qui pratique son art depuis moins de trois ans.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Jonathan Gagnon pour son rôle de Jean Bilodeau dans Les Feluettes

Maryse Lapierre pour son rôle de L'Enfant dans Caresses

 

 

Marjorie Vaillancourt

Le Prix Nicky-Roy, qui souligne le talent exceptionnel d’un jeune comédien qui pratique son art depuis moins de trois ans, est attribué à Marjorie Vaillancourt pour son interprétation sensible de Djoukie, dans la pièce Le Langue-à-langue des chiens de roche. Issue de la promotion 2002 du Conservatoire d'art dramatique de Québec, cette jeune comédienne en a impressionné plusieurs par son jeu magistral de la jeune idéaliste Djoukie. Cet automne, les amateurs de théâtre ont pu l’apprécier dans les productions Sainte Jeanne et Phèdre et autres labyrinthes où elle incarnait, de façon magistrale, ces deux rôles-titre. Elle a également fait partie de la distribution de La Boutique au coin de la rue présentée au Théâtre de la Dame Blanche, puis en tournée au Québec.
  


Le Prix Bernard-Bonnier a été créé en 1998 à la mémoire de ce talentueux compositeur, décédé en 1994. Cette récompense est remise à un musicien ou une musicienne, pour un environnement sonore remarquable.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Yves Dubois pour Impératif présent

Katia et Véronika Makdissi-Warren pour Cendres sur les mains

 

 

Gaëtan Siouï

Le Prix Bernard-Bonnier, qui souligne le travail exceptionnel d’un musicien, est attribué cette année au compositeur d’origine amérindienne Gaëtan Siouï qui a conçu l’environnement sonore envoutant de la pièce Le Langue-à-langue des chiens de roche. Artiste de la nation huronne Wendat, Gaëtan Siouï est un compositeur-musicien qui se réclame entièrement de ses ancêtres. Il vit à Wendake où sont non seulement ses origines, mais également les assises à partir desquelles sa musique rayonne à travers l’Europe et l’Asie. Âme dirigeante du groupe Sondaky, il transmet, à travers son groupe, des rythmes et des couleurs empreints de poésie. Emplie de mysticisme, sa musique est un espace de liberté pour rejoindre l’universel.

 


Le Prix de la meilleure mise en scène récompense le travail remarquable d’un metteur en scène, tant dans la conception générale d’un spectacle que dans la direction des acteurs. Mis sur pied en 1986, ce prix souligne la créativité et l’originalité de la mise en scène.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Marie Gignac pour la mise en scène de Six personnages en quête d'auteur

Robert Lepage pour la mise en scène du spectacle Le Projet Andersen

 

 

Frédéric Dubois

Le Prix de la meilleure mise en scène est remis, pour une deuxième année consécutive, au metteur en scène Frédéric Dubois pour sa vision sensible et juste de la pièce Les Feluettes, présentée au Théâtre de la Bordée en septembre 2004. L'an dernier, il recevait ce prix pour son travail titanesque dans Vie et mort du Roi boiteux. Diplômé du Conservatoire d'art dramatique de Québec en 1999, Frédéric Dubois est considéré comme l’un des metteurs en scène les plus audacieux et talentueux de sa génération. Fondateur et directeur artistique du Théâtre des Fonds de tiroirs (Téléroman, Chroniques des jours entiers, des nuits entières, Le Cid maghané), il s’est fait connaître du grand public par sa mise en scène éclatante de Zazie dans le métro, production qui recevait en 2001 le Masque Révélation de l’année. À son actif, plusieurs autres mises en scène remarquées et remarquables : En pièces détachées, Ubu Roi, HA ha !… (Masque de la production Québec 2004 et Prix de la critique 2004), La Librairie et Macbeth.
 


Le Prix Paul-Hébert récompense une comédienne ou un comédien qui a offert une interprétation remarquable dans un premier rôle. Remis chaque année depuis 1977, ce prix est un hommage à Paul Hébert, un homme de théâtre exceptionnel, cofondateur du Théâtre du Trident et pilier du développement du théâtre à Québec.

 

Décerné par:

La Fondation du théâtre du Trident

Bourse:

500 $
 
Étaient en nomination:

Éva Daigle pour son rôle de l'Infante dans Le Cid

Patrick Ouellet pour son rôle de Ramon Federico Salcedo dans Monsieur Lovestar

 

 

Réjean Vallée

Le Prix Paul-Hébert est remis cette année à Réjean Vallée, pour sa remarquable et touchante interprétation de la Comtesse Marie-Laure de Tilly dans Les Feluettes ainsi que pour sa performance dans la pièce Révélation, où il joue de multiples rôles tous plus colorés les uns que les autres. Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 1991, Réjean Vallée a collaboré à plus d’une cinquantaine de productions dont les plus récentes sont Festen-Fête de famille, Les Enfants du sabbat, 24 poses (portraits), Le Malade imaginaire et Impromptu.

L’an dernier, Réjean Vallée signait sa première mise en scène avec la pièce Cendres sur les mains pour le théâtre Les enfants terribles, compagnie qu’il a cofondée à sa sortie du Conservatoire.