Image d'entête
francis_belime

Est-il possible de promouvoir votre organisme culturel à faible coût ?

Écrit par 7 mai 2014

Les budgets de marketing et de communication dans le secteur de la culture sont souvent limités. Et pourtant toute organisation a l’obligation de communiquer efficacement si elle veut exister au milieu d’une offre de plus en plus riche et variée qui laisse les consommateurs devant l’embarras du choix…

Les outils du webmarketing sont sans aucun doute les meilleurs vecteurs pour mettre en œuvre un plan de communication en optimisant vos dépenses.

Voici quelques suggestions pour vous en convaincre :

Créer et faire vivre votre site internet

Avoir un site internet reste la meilleure vitrine de votre organisation et des activités qu’elle propose. En terme de budget, le prix d’un site internet performant peut être extrêmement variable mais il est toujours possible d’en optimiser le coût. Vous pouvez passer par une entreprise de services web pour réaliser votre développement. Mais il existe également des solutions (telles WordPress ou Webself) qui vous permettront de créer vous-même, si vous avez un minimum d’habilité avec l’usage des outils informatiques, un site internet simple et efficace en utilisant des gabarits existants.

En tout état de cause, vous devrez respecter quelques règles essentielles pour que votre site soit efficace. Une architecture simple, des textes courts et percutants (qui intègrent vos principaux mots-clés afin de favoriser le référencement sur les moteurs de recherche). Pensez à utiliser des images ou des vidéos qui valoriseront votre organisation.  Enfin, n’oubliez-pas de mettre à jour régulièrement en fonction de votre actualité. Un site statique est un site mort !

Bien choisir vos réseaux sociaux et les utiliser efficacement

Les réseaux sociaux sont devenus des incontournables pour faire de la promotion. En effet, selon un récent sondage réalisé au Québec par le CEFRIO, une grande majorité des adultes québécois utilisent aujourd’hui au moins un réseau social. Et contrairement aux idées reçues, toutes les catégories d’âge sont représentées. Vos clients potentiels sont donc certainement joignables par le biais de ces nouveaux outils. De plus, ils sont dans leur grande majorité gratuits. Votre coût sera donc le temps que vous y consacrerez. Pensez-donc à ouvrir une page Facebook pour promouvoir vos activités et échanger avec votre communauté. Pourquoi ne pas créer une chaine YouTube pour y mettre vos vidéos si ce que vous faites est visuel (ex : une école de danse, un théâtre,…) ou un compte Flickr ou Pinterest si la photo ou l’image vous représente le mieux (cas des arts visuels).

Les réseaux sociaux présentent l’avantage de pouvoir interagir avec les membres de votre communauté. Profitez-en pour leur poser des questions, leur demander leur avis sur une activité, les solliciter pour des idées (ex : trouver un nom pour un nouveau spectacle). Enfin n’oubliez pas que plus de deux-tiers des consommateurs se réfèrent à l’avis de leurs amis ou de leurs pairs sur internet avant d’acheter. Vous comprendrez alors l’importance de créer une image positive autour de votre organisation sur le web.

Envoyer une infolettre pour maintenir un lien régulier avec vos clients

L’infolettre est un outil trop souvent négligé qui souffre peut-être d’une image trop souvent associée aux innombrables pourriels que l’on reçoit chaque jour dans sa boite de réception. J’en conviens, c’est une réalité à laquelle je suis moi-même confronté. Cependant, si vous avez une bonne base de clients dont vous possédez les courriels, si vous avez de l’information nouvelle et intéressante à leur communiquer sur une base régulière, vous avez tous les ingrédients pour lancer une infolettre. Là encore, il existe des outils gratuits ou peu dispendieux et relativement simples d’utilisation que vous pourrez mettre à profit rapidement. Je citerai parmi d’autres Cakemail et Mailchimp pour les avoir testés.

Une fois votre décision prise, il vous restera à respecter quelques règles importantes comme le respect de la loi canadienne anti-pourriel (Loi C-28) en vigueur depuis 2012 qui vous impose, entre autres, de ne pas envoyer de courriels non sollicités et de prévoir dans votre infolettre un processus de désinscription. Vous veillerez à ne pas faire une infolettre trop longue mais plutôt de mettre en valeur une information principale à laquelle vous ajouterez 2 ou 3 informations secondaires. La fréquence d’envoi sera aussi à déterminer en fonction de votre calendrier annuel ou de votre saisonnalité. Il n’y a pas de règle intangible mais il fait surtout veiller à transmettre un contenu intéressant pour votre clientèle cible.

Penser à maintenir vos efforts de relations publiques

Enfin, puisque je suis le premier à dire que le web ne fait pas tout, vous devrez poursuivre vos efforts de relations publiques. Trouvez toutes les bonnes occasions pour parler de votre organisme à un journaliste en ciblant les médias adaptés à votre secteur ou à votre public cible. Pensez à toujours avoir avec vous un document presse à laisser à la première bonne occasion. Ne négligez pas non plus le traditionnel communiqué de presse qui a fait ses preuves et qui reste aussi un très bon outil promotionnel. En communiquant principalement sur une idée ou un message fort dans votre communiqué et en pensant bien à personnaliser l’envoi à votre liste de journalistes préférés, vous aurez sans doute une chance qu’il soit repris dans la presse. N’est-ce pas là le but à atteindre ?

_________________

Francis Bélime : passionné par tout ce qu’il entreprend, il poursuit l’objectif permanent de transférer aux dirigeants d’entreprises et d’organisations, ses expertises diversifiées. Blogueur, conférencier et formateur, il a été parmi les pionniers dans l’utilisation des réseaux sociaux en affaires. Il conseille par ailleurs ses clients en stratégie d’affaires et propulse leurs ventes par des approches marketing innovantes.