Image d'entête
hubert-mansion-conferencier

Gérer son temps comme un artiste ?

Écrit par 27 octobre 2016

Billet rédigé par Hubert Mansion, formateur au Conseil de la culture.

Les artistes ont une très mauvaise réputation en ce qui concerne la gestion du temps mais cette réputation n’est peut-être pas fondée. D’abord parce que les créateurs, tout entiers habités par leurs œuvres, sont plus concentrés à la tâche que la moyenne des travailleurs; ensuite parce que leurs créations défient souvent les lois du temps, s’avérant plus pérennes que les œuvres de ceux qui dénoncent leur incapacité à s’organiser.  Qu’une œuvre puisse générer autant d’émotion et d’admiration lors de sa création que 1000 ans plus tard (et parfois beaucoup plus),  voilà qui devrait remettre les pendules de tout le monde à l’heure quand on conjugue le mot « temps » au verbe « créer ».Les artistes sont hors du temps, c’est leur nature. Leur enseigner à gérer les minutes comme s’ils étaient des employés de Via Rail est un contre-sens qui n’aboutira qu’à confirmer dans leur esprit qu’ils n’ont rien à faire dans cette époque et à les dégoûter définitivement de la vue du moindre agenda.

Pourquoi ne pas leur montrer au contraire comment ont fait leurs pairs ? Cela les déculpabilisera et leur apportera des solutions praticables, qui sont les seules utiles.

Gérer son énergie

La plupart des artistes dont nous admirons les œuvres  ont géré leur énergie plutôt que leur temps, sachant par expérience qu’on ne fait rien de bon avec beaucoup de temps et peu d’énergie, mais beaucoup avec peu de temps et beaucoup d’énergie. De nombreux  créateurs ménagent donc leur temps (« Il ne faut pas épuiser ses réserves » disait Henry Miller), s’octroient des siestes, multiplient les promenades, favorisent le travail matinal et travaillent assez peu. Il est rare de voir des artistes (à l’exception des interprètes) enfiler huit heures de travail par jour comme on l’impose à la majorité de la population. La plupart concentrent leur création en quelques heures.

Ne pas attendre l’inspiration

Contrairement à ce que croit le public, les artistes n’attendent pas l’inspiration pour créer, ce qui est plutôt le cas des amateurs. Ils créent tout simplement pour gagner leur vie et parce que c’est leur travail. Et le miracle, dans certains cas, provient de ce qu’une œuvre qui n’a existé que parce qu’un commanditaire l’a demandée, soit géniale.  Les créateurs ont donc presque tous une routine très fixe, souvent quotidienne, dont le début et la fin sont fixés de manière artificielle. Michel Tremblay se définit comme un être de routine, Douglas Kennedy s’astreint à écrire 2000 mots par jour, Beethoven allait jusqu’à compter les grains de  son café matinal (60 par tasse). Il n’y a donc rien d’échevelé dans la vie de ceux qui nous proposent des œuvres hors format, mais au contraire un train-train quotidien nécessaire au génie.

Chercher la limitation

Car les assoiffés de liberté que sont les artistes adorent qu’on les limite. C’est à ce moment qu’ils se surpassent pour transcender les interdits, les structures, les formes et le temps lui-même. C’est en quelque sorte leur amour de la liberté qui les propulse aussitôt qu’on les enferme. L’histoire de l’art raconte ce dépassement d’une manière éloquente et la créativité doit beaucoup à la censure. Le jus du citron ne sort que si on le presse, et la poudre n’explose que si on la comprime. Ce paradoxe est très utile à connaître pour les créateurs qui s’étonnent de n’avoir rien fait  quand ils sortent d’une longue période de temps libre. Ils n’ont rien fait justement parce qu’ils avaient le temps. Il fallait les en priver pour qu’ils l’utilisent…

En conclusion, gérer son temps, pour un artiste, consiste d’abord à se débarrasser des idées reçues, à chérir ce qui l’inspire et à limiter son temps de travail.

_____

Ancien avocat de célébrités internationales et locales (U2, Serge Lama, Technotronic, Sofia Coppola, Randy Jackson des Jackson 5, Paul Dupont-Hébert, Bobby Bazini…), conseiller en image et en positionnement stratégique des artistes et des entreprises culturelles, Hubert Mansion oeuvre depuis plus de 25 ans dans le milieu du show-business.

Auteur du livre à succès Tout le monde vous dira NON, ouvrage qui dévoile les secrets bien gardés de la réussite dans le milieu du spectacle et du divertissement, il est considéré comme un éminent spécialiste de toutes les questions liées à la gestion de carrière.

Hubert Mansion donne des ateliers au Québec depuis plus de 15 ans auprès des conseils de la culture, des écoles publiques et privées, ainsi que des universités. Son expérience et son expertise sont appréciées pour leur pertinence et leur capacité à aider les artistes et les entrepreneurs culturels de toutes disciplines à travailler avec leur véritable potentiel.

En effet, formé aux techniques de Dale Carnegie (Parler en public et Relations humaines), celui qu’on surnomme au Québec le « Dalaï Lama du show-business » offre dans ses ateliers des méthodes pratiques infaillibles pour aider les professionnels des industries créatives à réussir leur carrière tout en donnant un véritable sens à leur objectif.