La relance en perspective : la culture identifiée comme vecteur de développement économique

Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches accueille positivement les mesures budgétaires destinées à la culture et aux communications présentées aujourd’hui par le ministre des Finances du Québec, Monsieur Éric Girard. En investissant dans la culture en tant que priorité, le ministre reconnaît que le développement économique du Québec passe aussi par une vision globale et à long terme du développement culturel.

Les arts et la culture : axe de la relance

Si le Québec traverse encore une période d’incertitude et que le contexte de travail et de création des artistes, artisan.e.s et organismes culturels demeure précaire, ce budget s’annonce comme un tremplin duquel le milieu artistique et culturel pourra élaborer de nouvelles perspectives. Afin de soutenir le relance, en plus de prévoir 72,1 millions de dollars en 2022-2023 pour prolonger certaines mesures de soutien au secteur culturel, le gouvernement annonce 136 millions de dollars au cours des trois prochaines années destinés aux programmes de la Société de développement des entreprises culturelles (58,6 millions) et au Conseil des arts et des lettres du Québec (78 millions). Par le biais de ces organismes, ces montants pourront bénéficier directement aux acteur.rice.s du milieu des arts et de la culture.

Pour Christian Robitaille, président de CCNCA, « force est de constater et de saluer que le gouvernement reconnaît que la relance du secteur des arts et de la culture nécessitera de la stabilité et de la prévisibilité, de même qu’une diversification des stratégies, et ce, au moins pour les trois prochaines années ». Dans cet ordre d’idée, il faut souligner la somme de 9 millions de dollars en 2022-2023, dédiée à une campagne nationale qui incitera la population à choisir la culture québécoise et à renouer avec ses habitudes de sortie et d’achats culturels.

Un retard pour les investissements en patrimoine

Si le président de Culture Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches salue ces investissements, il demeure tout de même dubitatif face aux sommes allouées à la préservation du patrimoine bâti. À maintes reprises, le gouvernement a exprimé sa volonté de sauvegarder et de mettre en valeur le patrimoine bâti. Le montant annuel de 900 000 $ ajouté afin de mener à terme ce type de projets urgents semble cependant insuffisant.

L’impression qui s’en dégage laisse croire que les dossiers sont traités dans l’urgence sans vision d’ensemble et sans les moyens appropriés. Si la volonté du gouvernement est réelle, elle doit être appuyée par une stratégie solide, qui ne peut plus faire l’économie d’une politique gouvernementale claire, ainsi que d’un plan d’action doté d’investissements faisant écho à l’envergure de la situation. Ainsi, CCNCA tient à rappeler au gouvernement que ce vaste chantier de réfection et de conservation du patrimoine bâti demeure une excellente opportunité de contribuer à la relance économique, notamment en région.

Pérennisation du Crédit d’impôt pour un premier don important en culture

Finalement, au nombre des bonnes nouvelles, il faut ajouter l’annonce de la pérennisation du Crédit d’impôt pour un premier don important en culture. CCNCA considère aussi important que nécessaire que le gouvernement encourage le mécénat et la philanthropie, des moyens permettant de stabiliser le financement et favorisant l’augmentation des revenus autonomes des organisations culturelles. Toutefois, nous réitérons qu’il est primordial que le gouvernement se lance dans une réflexion plus large, afin de revoir ses programmes d’appui à la philanthropie culturelle, notamment en réactualisant Mécénat Placements Culture.

Vous pourriez vous intéresser à ceci :